Tél : 03 26 47 83 83
Le cabinet a été créé à REIMS en 1966
par Maître Jean-Marie MONVOISIN †
il est géré depuis 25 ans par
Maître Jean-François MONVOISIN.

aide aux entreprises en difficultés 51

 
Cabinet Jean-François MONVOISIN

Avocat conseil en droit des affaires dans le GRAND EST, nous sommes à votre écoute pour vous aider à solutionner les questions liées de près ou de loin à l’entreprise.
Nous garantissons disponibilité, rigueur, savoir-faire indispensables à la vie des affaires et une mobilité dans toute la France.
L’intérêt du client est une priorité qui oriente nos conseils.
Avocat conseil en droit des affaires dans le GRAND EST le cabinet s’occupe notamment du droit des entreprises en difficultés (procédures collectives :  conciliation, sauvegarde, redressement judiciaire, plan de cession judiciaire (négociation de plan de cession, aide à la réalisation du plan de cession), liquidation judiciaire, aide au plan de redressement.
Notre cabinet met tout en œuvre pour éviter les contentieux et pratique la négociation raisonnée.
Nous sommes formés sur le processus collaboratif.
Notre travail dans le domaine juridiquecomprend notamment la rédaction de contrat d'achat et vente de fonds de commerce, de parts de sociétés civiles ou commerciales et la constitution de sociétés.
Notre activité nous permet de vous accompagner dans l’analyse de vos comptes sociaux. En cas de vente ou d’achat d’entreprises ou de sociétés civiles ou commerciales, nous pouvons vous aider dans l’évaluation au travers de différentes méthodes d’analyses financières.
Nous pouvons établir les assemblées générales d’approbation des comptes.
Nous vous guidons pour l'administration de vos biens et leurs cessions.
Notre activité dans les nouvelles technologies  nous permet de vous conseiller dans la rédaction de contrats et vous assister dans les litiges relatifs notamment au droit des robots et au droit de l’intelligence artificielle.
Notre activité judiciaire concerne notamment les contentieux avec les fournisseurs, clients, banques, fisc…

Refus de déplafonnement du loyer du bail commercial renouvelé

Le montant du loyer d’un bail commercial renouvelé est plafonné en fonction de la variation d’un indice de référence, sauf si les éléments pris en compte pour la fixation de la valeur locative ont subi une modification notable. Dans ce cas le nouveau loyer est porté au montant de la valeur locative qui en résulte alors même que ce montant dépasse le plafond de hausse autorisé, l’augmentation ne pouvant pas être supérieure, pour une année, à 10% du loyer acquitté au cours de l’année précédente. Il appartient au bailleur qui invoque le déplafonnement, de prouver les modifications alléguées. Cour d’Appel de Versailles 27 février 2020 n°18/08534

Prescription de l’action en concurrence déloyale

La prescription de l’action en concurrence déloyale court dès que le titulaire a connu ou aurait dû connaitre les agissements litigieux, peu important que ceux-ci se soient poursuivis dans le temps et aient cessé de puis moins de 5 ans. Cour de Cassation, chambre commerciale 26 février 2020 N° 18-19.153

Demande de délai et prescription

La lettre par laquelle un emprunteur demande un délai de grâce au prêteur pour payer les sommes dues en exécution du prêt vaut reconnaissance de dette et interrompt la prescription. Cour de cassation 1ière Chambre civile 11 mars 2020 n°19-11.309

Faute de gestion et contribution à l’insuffisance d’actif

Un dirigeant d’une société en liquidation judiciaire qui avait augmenté fictivement le capital et dissimulé le travail d’un salarié n’a pas été condamné à combler le passif car ces fautes de gestion n’avaient pas contribué à l’insuffisance d’actif de la société. Cour d’Appel de Paris 14 janvier 2020 n°17/22243

Cautionnement disproportionné

Pour déterminer si un cautionnement est proportionné aux biens et revenus de la caution, il faut prendre en compte tous les engagements de celle-ci, y compris le cautionnement litigieux, et apprécier la proportion au regard de sa capacité à faire face au montant de son propre engagement. Cour de Cassation, chambre commerciale 11 mars 2020 N° 18-25.390

Prêt garantis par l’Etat, évolution

Un arrêté étend le champ de la garantie de l’État aux prêts octroyés à certaines SCI et il restreint l’exclusion en cas de procédure collective aux seules procédures ouvertes avant le 31/12/2019 inclus et non encore closes au moment de l’octroi d’un prêt. Arrêté ECOT2011317A du 06.05.2020 – JO 7

Caution et annulation pour erreur

Après la décharge d’une caution dont l’engagement était disproportionné, une autre caution peut demander l’annulation de son propre engagement pour erreur sur l’étendue de sa garantie, si l’autre cautionnement était déterminant de son engagement. Cour de cassation chambre commerciale 11 mars 2020 n°18-19.695

Action en responsabilité pour insuffisance d’actif

Les fautes de gestion commises pendant la période d’observation et l’exécution du plan de redressement peuvent être prises en considération pour fonder l’action en responsabilité pour insuffisance d’actif. Cour de Cassation, chambre commerciale 22 janvier 2020 N° 18-17.030

Caution et déclaration de créance

La décision qui retient qu’une créance a été irrégulièrement déclarée et ne peut être admise au passif entraîne son extinction. Il s’en suit que la décision de condamnation de la caution à exécuter son engagement, n’empêche pas qu’elle puisse opposer l’extinction de la créance garantie. Cour de Cassation, chambre commerciale 22 janvier 2020 N° 18-19.526

Acquisition d’actifs par le dirigeant

Le dirigeant de fait d’une association ne peut pas acquérir les biens de la personne morale en liquidation judiciaire. Cour de Cassation, chambre commerciale 8 janvier 2020 N° 18-20.270

Prolongation de l’état d’urgence sanitaire

La prolongation de l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 10 juillet à minuit emporte celle de l’application de diverses mesures prises pour pallier les conséquences de l’épidémie et dont le terme est lié à la fin de l’état d’urgence. Loi 2020-546 du 11 mai 2020 article 1

Nouvelle ordonnance sur la prorogation des délais

La fin de la période juridiquement protégée est fixée au 23 juin 2020. Certaines mesures administratives ou juridictionnelles sont prolongées. Sont aussi prolongés les délais en matière de contrôle fiscal et les dérogations concernant les avances sur les contrats de la commande publique. Ordonnance 2020-560 du 13 mai 2020 articles 1 et 4

Redressement judiciaire et registre du commerce

Le délai à l’expiration duquel a lieu la radiation d’office au RCS des mentions relatives aux décisions intervenues dans les procédures de sauvegarde ou de redressement lorsque les plans sont toujours en cours, est réduit à 2 ans. Décret n° 2020-106 du 10/02/2020, JO du 11/02/2020

Résolution de plan

Le créancier qui demande la résolution du plan de redressement judiciaire doit justifier d’une créance certaine liquide et exigible dès lors que la résolution du plan aboutit à l’ouverture d’une liquidation judiciaire. Cour de Cassation, chambre commerciale 26 février 2020 N° 18-18680

Notification d’une vente d’immeuble

Aucun domicile n’étant élu dans le cadre de la procédure collective, la notification de la vente d’un bien immobilier dans le cadre d’une liquidation judiciaire au créancier inscrit, a lieu au domicile de l’inscription de son hypothèque. Cour de Cassation, chambre commerciale 26 février 2020 N° 18-21.575

Créance née d’un contrat intuitu personae

La créance née d’un contrat conclu en considération de la personnalité d’une société avant sa dissolution est transmise à son associé unique personne morale par l’effet de la transmission universelle de patrimoine, peu important que cette créance ne soit pas encore liquide et exigible. Cour de Cassation, chambre commerciale 11 mars 2020 N° 18-20.064

Opposabilité du bail commercial au bailleur

L’apport d’un bail commercial est opposable au bailleur qui a renoncé à se prévaloir du défaut d’accomplissement des formalités d’opposabilité en poursuivant la société bénéficiaire et l’apporteur en paiement des loyers. Cour d’appel de Toulouse 11 mars 2020 n° 18/02010

Reconduction et extension du fonds de solidarité

Reconduction et extension du fonds de solidarité

L’aide plafonnée à 1 500 € pour les très petites entités en difficultés est renouvelée au titre du mois de mai 2020. Elle est éligible à d’avantage d’entreprises. L’aide complémentaire qui n’est quant à elle perceptible qu’une seule fois pour la période comprise entre mars et mai 2020 s’ouvre aux entités sans salariés.

Nouveaux ajustements du PGE

Le PGE est ouvert aux entreprises qui au 31 décembre 2019 ne faisaient pas l’objet d’une procédure collective, sauf si un plan de sauvegarde ou de redressement a été arrêté par le Tribunal avant la date d’octroi du PGE.

Faciliter l’adoption des plans de redressement judiciaire

Le délai de consultation des créanciers d’un mois peut être réduit à 15 jours (ordonnance n°2020-596 du 20 mai 2020 article 4). Concernant le passif, il doit prévoir en principe le règlement de l’intégralité du passif déclaré. Cette règle est assouplie. L’ordonnance prévoit que les engagements pour le règlement du passif peuvent être établis sur la base d’une attestation de l’expert-comptable ou du commissaire aux comptes, et qu’ils portent sur les créances déclarées admises ou non contestées, ainsi que sur les créances identifiables, notamment celles dont le délai de déclaration n’est pas expiré. (Ordonnance n°2020-596 du 20 mai 2020 article 4). La durée du plan peut être prolongée d’une durée maximum de 2 ans. Les plans peuvent faire l’objet d’un échelonnement ou d’un report dans la limite de deux années concernant les sommes dues, ces dispositions sont applicables jusqu’au 31 décembre 2020 pour les procédures en cours. En cas de modification substantielle du plan, sa durée maximale est portée à 12 ans. Redressement judiciaire FRANCE sauvergarde REIMS avocat droit des affaires 59 avocat droit des affaires CHAMPAGNE avocat droit des affaires CHAMPAGNE ARDENNE avocat droit des affaires GRAND EST avocat droit des affaires HAUTS DE F RANCE Droit des affaires HAUT DE FRANCE Droit des affaires 02 Aide au chef d'entreprise aide à l'entreprise aide aux chefs d'entreprise GRAND EST aide aux chefs d'entreprises REIMS aide aux chefs d'entreprises 51 Aide à l'entreprise REIMS aide à l'entreprise 51 aide à l'entreprise CHAMPAGNE ARDENNE aide à l'entreprise GRAND EST aide à l'entreprise MARNE aide aux chefs d'entreprise CHAMPAGNE ARDENNE avocat d'affaires MARNE


Redressement judiciaire FRANCE sauvergarde REIMS avocat droit des affaires 59 avocat droit des affaires CHAMPAGNE avocat droit des affaires CHAMPAGNE ARDENNE avocat droit des affaires GRAND EST avocat droit des affaires HAUTS DE F RANCE Droit des affaires HAUT DE FRANCE Droit des affaires 02 Aide au chef d'entreprise aide à l'entreprise aide aux chefs d'entreprise GRAND EST aide aux chefs d'entreprises REIMS aide aux chefs d'entreprises 51 Aide à l'entreprise REIMS aide à l'entreprise 51 aide à l'entreprise CHAMPAGNE ARDENNE aide à l'entreprise GRAND EST aide à l'entreprise MARNE aide aux chefs d'entreprise CHAMPAGNE ARDENNE avocat d'affaires MARNE