Tél : 03 26 47 83 83
Le cabinet a été créé à REIMS en 1966
par Maître Jean-Marie MONVOISIN †
il est géré depuis plus de 25 ans par
Maître Jean-François MONVOISIN.

aide aux entreprises en difficultés

 
Cabinet Jean-François MONVOISIN

Avocat conseil dans les affaires, nous sommes à votre écoute pour vous aider à solutionner les questions liées de près ou de loin à l’entreprise.
Nous garantissons disponibilité, rigueur, savoir-faire indispensables à la vie des affaires et une mobilité dans toute la France.
Votre intérêt est notre ligne directive, c'est à partir de celui-ci que notre mission s'oriente.
Avocat conseil dans les affaires nous conseillons les sociétés en difficultés(procédures collectives :  conciliation, sauvegarde, redressement judiciaire, plan de cession judiciaire (négociation de plan de cession, aide à la réalisation du plan de cession), liquidation judiciaire, aide au plan de redressement.
notre cabinet est spécialisé en transactions et en négociation raisonnée
Nous sommes formés sur le processus collaboratif.
Notre activité juridiquecomprend notamment la rédaction de contrat d'achat et vente de fonds de commerce, de parts de sociétés civiles ou commerciales et la constitution de sociétés.
Notre activité nous permet de vous accompagner dans l’analyse de vos comptes sociaux. En cas de vente ou d’achat d’entreprises ou de sociétés civiles ou commerciales, nous pouvons vous aider dans l’évaluation au travers de différentes méthodes d’analyses financières.
Nous pouvons établir les assemblées générales d’approbation des comptes.
Nous vous conseillons pour la gestion de vos biens.
Notre activité dans les nouvelles technologies  nous permet de vous conseiller dans la rédaction de contrats et vous assister dans les litiges relatifs notamment au droit des robots et au droit de l’intelligence artificielle.
Notre activité judiciaire concerne notamment les contentieux avec les fournisseurs, clients, banques, fisc…

Hausse de la rémunération du gérant sans surcroît de travail

La décision des associés majoritaires d’une SARL d’augmenter la rémunération du gérant dont la charge de travail ne s’est pas accrue ne constitue pas un abus de majorité si elle est justifiée par une hausse du chiffre d’affaires. Cour de cassation chambre commercial 14 octobre 2020 n°18-24.732

Liquidation judiciaire et revendication

Lorsque le vendeur d’un bien en revendique la propriété après l’ouverture de la procédure collective de l’acheteur et que l’inventaire des actifs est incomplet, la preuve que le bien revendiqué n’existe plus en nature au jour du jugement d’ouverture incombe au liquidateur. Cour de cassation chambre commerciale 21 octobre 2020 n°19-15.685

Cautionnement et engagement disproportionné

Si le cautionnement n’est pas disproportionné aux biens et revenus de la caution au moment de sa conclusion, le créancier peut poursuivre la caution, peu important que le patrimoine de celle-ci ne lui permette plus de faire face à son engagement. Cour de cassation chambre commerciale 21 octobre 2020 n°18-25.205

Devoir de mise en garde du prêteur et conjoint de la caution

Le conjoint commun en biens de la caution ne peut pas reprocher à la banque bénéficiaire du cautionnement de ne pas l’avoir mis en garde quand il a donné son consentement à l’engagement des biens communs car il est un tiers à l’acte de cautionnement. Cour de cassation 1ière chambre civile 12 novembre 2020 n°19-15.729

Caution et engagement disproportionné

Dès lors qu’un cautionnement conclu par une personne physique n’était pas, au moment de sa conclusion, manifestement disproportionné à ses biens et revenus, le créancier peut s’en prévaloir sans être tenu d’établir que le patrimoine de la caution lui permettait de faire face à son obligation au moment où elle a été appelée. Cour de cassation chambre commerciale 21 octobre 2020 n°18-25.205

Augmentation de la durée de la procédure de conciliation

Pour favoriser le recours des entreprises en difficulté à la procédure de conciliation pendant la crise sanitaire, la durée maximale de cette procédure est portée à dix mois au lieu de cinq, cette mesure est temporaire. Ordonnance 2020-1443 du 25/11/2020.

Titulaire d’un compte victime d’un hameçonnage

La banque qui invoque la négligence grave du titulaire d’une carte bancaire ayant permis un paiement non autorisé par lui pour le priver de son droit à remboursement en cas de hameçonnage doit prouver également l’absence de déficience technique de l’opération. Cour de cassation chambre commerciale 12 novembre 2020 n°19-12.112

Bénéfice et abus de majorité

La mise en réserve sept ans de suite des bénéfices d’une société n’a pas été jugée abusive, car elle était nécessaire pour que la société obtienne un prêt bancaire finançant un projet important puis assure sa capacité de remboursement de ce prêt. Cour de cassation chambre commerciale 4 novembre 2020 n°18-20.409

Covid 19 : les adaptations du régime des entreprises en difficulté maintenues en 2021

L’application des aménagements apportés par une ordonnance de mai dernier aux procédures de prévention et de traitement des difficultés des entreprises pour faire face aux conséquences de la crise sanitaire est étendue à toute l’année 2021 à l’exception des aménagements facilitant le rachat d’entreprise en procédure collective par son dirigeant, cette possibilité n’existe plus dans les procédures ouvertes à compter du 1/01/2021. Loi 2020-1525 du 7-12-2020

Force majeure et inexécution contractuelle

La force majeure, qui peut être non seulement une cause d’exonération de responsabilité mais aussi une cause de résolution de plein droit d’un contrat, suppose que le débiteur soit empêché d’exécuter son obligation. Il en résulte que le créancier empêché de bénéficier de la prestation ne peut pas l’invoquer pour obtenir l’anéantissement du contrat. Cour de cassation première chambre civile 25 novembre 2020 n°19-21.060

Force majeure et inexécution contractuelle

La force majeure qui peut être non seulement une cause d’exonération de responsabilité mais aussi une cause de résolution de plein droit d’un contrat, suppose que le débiteur soit empêché d’exécuter son obligation. Il en résulte que le créancier empêché de bénéficier de la prestation ne peut pas l’invoquer pour obtenir l’anéantissement du contrat. Cour de cassation première chambre civile 25 novembre 2020 n°19-21.060

Clauses illégales d’un bail commercial

La Cour de Cassation juge que les dispositions issues de la Loi Pinel de 2014 réputant non écrites les clauses d’un bail commercial contraires au statut s’appliquent aux baux en cours et que l’action tendant à voir ces clauses écartées est imprescriptible. Cour de cassation 3ième chambre civile 19 novembre 2020 n°19-20.405

Avance en compte courant et opération courante

L’avance en compte courant non prévue par les statuts et consentie avec stipulation d’un intérêt par un actionnaire minoritaire détenant plus de 10% du capital social est soumise à la procédure des conventions règlementées faute de constituer une opération courante. Communication Ansa, comité juridique n°20-043 du 4/11/2020

Responsabilité fiscale du dirigeant

L’administration fiscale ne peut agir en responsabilité contre un dirigeant dont la démission n’a pas été publié, que si elle prouve que celui-ci a continué à gérer en fait la société. Cour de cassation chambre commerciale 2 décembre 2020 n°18-21.597

Comblement de passif et dirigeant bénévole

La responsabilité du dirigeant d’une société en liquidation judiciaire poursuivie en comblement de passif s’apprécie de la même manière qu’il soit rémunéré ou non, la cause d’atténuation prévue par le Code civil en cas de mandat gratuit étant inapplicable. Cour de cassation chambre commerciale 9 décembre 2020 n°18-24.730

Absence d’exploitation des locaux et résiliation de bail

La résiliation judiciaire d’un bail commercial pour défaut d’exploitation des locaux ne peut pas être prononcée si aucune stipulation expresse du bail ne fait obligation au locataire d’exploiter son fond de commerce dans les lieux loués. Cour de cassation 3ième chambre civile 3 décembre 2020 n°19-20.613

Taux de l’intérêt légal pour le premier semestre 2021

Pour le premier semestre 2021 le taux de l’intérêt légal est fixé à : 3.14% pour les créances des personnes physiques n’agissant pas pour des besoins professionnels (au lieu de 3.11% au second semestre 2020) 0.79% pour tous les autres cas (au lieu de 0.84% au semestre précédent) Arrêté du 21/12/2020, JO 26 texte n°39

Transaction et action personnelle

Une transaction peut mettre fin à une action en paiement de l’insuffisance d’actif engagée contre un dirigeant, mais elle ne peut pas porter sur une action tendant au prononcé d’une sanction personnelle. Cour de cassation chambre commerciale 9 décembre 2020 n°19-17.258

Dessaisissement et liquidation judiciaire

Le jugement convertissant le redressement judiciaire d’une société en liquidation judiciaire n’emporte pas le dessaisissement de son dirigeant. Par suite celui-ci peut exercer une action en réparation de son préjudice personnel. Cour de cassation chambre commerciale 6 janvier 2021 n°19-19.600 et 19-20.414

Responsabilité du prêteur en cas d’assurance inadaptée

L’emprunteur qui a adhéré à une assurance de groupe peut agir en responsabilité contre le prêteur qui ne l’a pas éclairé sur l’adéquation des risques couverts par l’assurance à sa situation personnelle dans un délai de cinq ans à partir du refus de garantie de l’assureur. Cour de cassation chambre commerciale 6 janvier 2021 n°18-24.954

Non-respect du délai de réflexion et nullité du prêt

L’inobservation du délai de réflexion de dix jours accordé par la Loi à l’emprunteur immobilier pour accepter l’offre de crédit est sanctionnée par la nullité du contrat de prêt et non par la déchéance du droit aux intérêts. Cour de cassation 1ière Chambre civile 6 janvier 2021 n)19-11.694plan de redressement MARNE plan de redressement CHAMPAGNE plan de redressement GRAND EST plan de redressement 51 plan de redressement 59 avocat aide au chef d'entreprise avocat aide au chef d'entreprise REIMS avocat aide au chef d'entreprise MARNE avocat aide au chef d'entreprise 51 avocat aide au chef d'entreprise CHAMPAGNE avocat aide au chef d'entreprise GRAND EST élaboration plan de redressement REIMS élaboration plan de redressement 51 avocat plan de redressement aide au plan de redressement CHAMPAGNE aide au plan de redressement MARNE aide au plan de redressement REIMS aide au plan de redressement entreprise Avocat d'affaires PARIS Avocat d'affaires ILE DE FRANCE droit des entreprises en difficultés


plan de redressement MARNE plan de redressement CHAMPAGNE plan de redressement GRAND EST plan de redressement 51 plan de redressement 59 avocat aide au chef d'entreprise avocat aide au chef d'entreprise REIMS avocat aide au chef d'entreprise MARNE avocat aide au chef d'entreprise 51 avocat aide au chef d'entreprise CHAMPAGNE avocat aide au chef d'entreprise GRAND EST élaboration plan de redressement REIMS élaboration plan de redressement 51 avocat plan de redressement aide au plan de redressement CHAMPAGNE aide au plan de redressement MARNE aide au plan de redressement REIMS aide au plan de redressement entreprise Avocat d'affaires PARIS Avocat d'affaires ILE DE FRANCE droit des entreprises en difficultés